(450) 766-0861
jccaron@squatex.com

Les forages à petit diamètre : le choix de Squatex

Ressources et Énergie Squatex inc. (Squatex) a toujours cherché à innover et utiliser le savoir-faire québécois pour mener à bien ses projets. Lors de ses premiers forages exploratoires dans le bas Saint-Laurent, Squatex a utilisé des foreuses minières. En effet, le but était de recueillir des échantillons de roches à moins de 200m de profondeur, ce que l’on appelle plus simplement des forages stratigraphiques. Squatex s’est donc demandé si ces forages ne pourraient pas être mieux exploités. En effet, le Québec est reconnu mondialement pour ces foreuses minières et la qualité de ses travailleurs. Pourquoi donc ne pas utiliser cette expertise pour le domaine pétrolier?

Après plusieurs recherches sur les différentes méthodes, il s’avérait que celle du forage à petit diamètre (en anglais « slim-hole »)était déjà utilisée à travers le monde par de grands groupes pétroliers, en utilisant des plateformes pétrolières plus petites. Ce que l’on appelle forage à petit diamètre, ce sont tous les forages avec des tiges de diamètre inférieur à 8po. Avec cette technique, il devenait possible d’utiliser des foreuses minières forant habituellement en 3po1/2 pour des forages pétroliers, au Québec.

Utilisation des forages à petit diamètre

Le premier essai que nous avons effectué sur le terrain avec cette méthode s’est fait en 2012 avec le forage de Massé No. 1 dans la municipalité de Ste-Jeanne d’Arc. À cette époque, la loi sur les hydrocarbures n’existait pas, et les compagnies d’exploration pétrolière et gazière dépendaient de la loi sur les mines. Il faut donc comprendre ici qu’un forage stratigraphique aux yeux de la loi n’avait pas besoin d’un permis, ni même des systèmes de sécurités présents sur les foreuses pétrolières. Comme nous projetions de forer à plus de 1500m de profondeur, nous avons alors imposé aux entrepreneurs d’équiper la foreuse avec les mêmes normes que les foreuses pétrolières, c’est à dire des obturateurs anti-éruption (en anglais « Blow Out Preventer », ou BOP) qui sont des valves de sécurité.

À la fin de ce forage, à l’été 2013, nous avons apporté une nouvelle amélioration, à savoir l’utilisation de la circulation d’eau en circuit fermé. Cette amélioration avait pour but de mieux contrôler ce qui rentre et ce qui sort du puits. À la suite de Massé No. 1, nous avons aussi fait améliorer les BOPS, car la surpression survenue lors de ce forage, nous a démontré que seules des valves hydrauliques ne suffiraient pas en cas de plus grosse pression et nous avons donc également fait monter des BOPS mécaniques. À ce stade, nous avions donc une foreuse minière avec tout l’équipement suffisant pour assurer la sécurité des travailleurs, mais aussi de l’endroit où nous travaillons. Il est à noter qu’aucun incident n’est survenu lors des forages et que toutes les situations délicates ont été bien gérées par l’équipe de Squatex.

Évidemment, à ce moment, nous pouvions recueillir des carottes, mais puisque dans le monde pétrolier ce sont plus les méthodes dites indirectes qui sont utilisées, par exemple ce qu’on appelle les « e-logs »ou diagraphie, nous avons décidé d’utiliser également ces méthodes, en 2014 lors du forage de Massé No. 2. En effet, nous avons fait faire des diagraphies sur notre forage à petit diamètre. Cette démarche nous a alors permis de faire la découverte du potentiel de la structure Massé.

Avantages des forages à petit diamètre

Pourquoi trouvons-nous que les forages à petit diamètre font partie de la solution pour une exploration responsable du pétrole et du gaz naturel au Québec?

Tous d’abord, cela permet des économies : pour le même prix qu’un forage pétrolier classique, nous avons 2 à 3 forages de petit diamètre et donc la possibilité de bien délimiter le réservoir.

Ensuite, un forage à petit diamètre a une empreinte environnementale réduite. Il faut savoir qu’un forage pétrolier représente une zone aux sols de 120m sur 120m pour la foreuse et autres installations, soit 14 400m2de surface totale. Un forage à petit diamètre est quant à lui de 40m sur 40m, soit 1600m2, ce qui représente 9 fois moins de superficies au sol qu’un forage conventionnel. Cette empreinte réduite se traduit également par une diminution de tous les aspects propices à engendrer des nuisances à la communauté (bruits, va-et-vient de camions, etc.), même la quantité d’eau utilisée est moindre.

En définitive, les forages à petit diamètre représentent une option sécuritaire, économiquement avantageuse et plus respectueuse de l’environnement que les méthodes plus traditionnelles du forage pétrolier. Finalement, ils mobilisent l’héritage d’un savoir-faire bien de chez nous, ce qui a de quoi nous rendre fiers.